Le filage

Il faut au moins 50 kg de laine lavée pour lancer une battue de fil. Le fil issu de cette battue aura un seul titrage (donné par la carde) et une seule torsion (donnée par le continu).

Pour en faire du fil, la laine lavée passe dans le battoir et le loup pour en faire du flocon (voir page Cardage). On y ajoute aussi de l’huile d’ensimage et de l’eau. L’eau permet d’empêcher qu’il y ait de l’électricité statique et l’huile d’ensimage lubrifie les fibres et les protège lors de leur passage dans la carde qui les soumet à de fortes contraintes mécaniques.

La carde parallélise les fibres et homogénéise le rendu. Une partie des fibres courtes, jarre et autres impuretés tombent sous la machine.

L’assortiment de carde garni de laine

En sortie de carde, le voile est séparé puis roulé par les manchons frotteurs pour obtenir une forme cylindrique. C’est le pré-fil.

Le pré-fil monté sur le continu à filer
Crédit photo : Arthur Perset

Le continu à filer donne étirage et torsion au fil, ce qui lui confère sa résistance. A la sortie on récupère le fil en bobines.

Bobines de fil sur le continu à filer
Crédit photo : Arthur Perset

Le titrage

Le titrage du fil est réglé à la pesée, à l’entrée de la carde. Cela va influer sur l’épaisseur du voile de laine dans la machine puis sur la grosseur du préfil. Il s’agit du nombre de mètre par kg. Il est généralement inscrit sur les écheveaux et pelote.

Nos fils font généralement 5000 m/kg. Nous pouvons faire du gros fil peu tordu en 2500 m/kg dit « double mèche » ou « sport », idéal pour les laines un peu rêches car il est moins tordu ce qui préserve la douceur de la laine. Nous sommes maintenant également en mesure de faire du fil plus fin, jusqu’à 7000 m/kg.

La titreuse
Crédit photo : Simon Nadal

Le retord

Le fil simple réalisé peut avoir vocation à être utilisé tel quel, généralement en machine pour des ouvrages assez fin, ou alors il sera retordu en 2, 3, 4, 5 ou 6 brins selon la grosseur souhaitée.

La machine qui réalise cette opération est la retordeuse, qui assemble les brins et les retord ensemble.

Retordage d’un fil en 4 brins par Cyrus

La torsion primaire donnée au continu à filer est directement liée à la « retorsion » donnée au retordage et dépend du nombre de brins. Pour un fil retordu idéalement rond et souple, il est conseillé d’avoir suffisamment de quantité dans le lot pour faire un seul retord par lot. Sinon, nous vous conseillons de privilégier 2 retords proches : 2 et 3 brins ou 3 et 4 brins, etc…

Le titrage change aussi sur cette opération, le métrage diminue à mesure que l’on ajoute des brins. Ce tableau de correspondance illustre ces changements :

Titrage fils retordus
1 brin 2500 m/kg 5000 m/kg 7000 m/kg
2 brins 1250 m/kg 2500 m/kg 3500 m/kg
3 brins 833 m/kg 1667 m/kg 2333 m/kg
4 brins 625 m/kg 1250 m/kg 1750 m/kg
5 brins 500 m/kg 1000 m/kg 1400 m/kg
6 brins 417 m/kg 833 m/kg 1167 m/kg

Cônes ou écheveaux

Le fil simple ou retordu en cônes passe par le bobinoir qui transfère le fil de la fusette vers le cône. Il n’est pas dégraissé. Il correspond de préférence à un usage machine.

Le fil retordu peut aussi être conditionné en écheveaux de 100 g environ pour les ouvrages réalisés à la main. Les écheveaux réalisés, le fil est dégraissé pour être débarrassé de l’huile d’ensimage ajoutée à la carde et retrouver son gonflant.

Moulin à écheveaux
Crédit photo : Simon Nadal

Le fil est prêt à être teint, tricoté ou tissé selon les envies !

Pour filer votre laine, plus d’informations ici.

depuis 1867